Education, jeunesse, enfance


Le budget éducation à Paris représente 747 Millions d’Euros sur un budget total de 8 Milliards d’Euros pour 737 000 élèves. Bertrand Delanoë souhaitait mettre en place la réforme des rythmes scolaires le plus rapidement possible.  Résultats : 4 mois (de mars à septembre) pour la mettre en place. Enseignants, parents autant que personnels des établissements s’en sont trouvés choqués. Les animateurs ont été recrutés au plus vite sans être formés : les enseignants laissent donc après leurs heures de classe des enfants mal gérés ensuite. Le niveau et les thèmes sont le plus souvent clairement douteux. Dans les maternelles, les petits se réveillent à 15h avec d’autres personnels que les enseignants qui les ont couchés avant…

Il est urgent de remettre autour de la table tous les acteurs de l’enfance et petite enfance et d’assurer une meilleure formation des animateurs. Il faut réfléchir à l’implication des centres d’animation (50 à Paris). Si cette réforme doit se faire, elle doit se faire dans le temps, et avec les moyens nécessaires.

Nos propositions

 

  • Laisser aux parents la pleine possibilité de gérer le temps périscolaires de leurs enfants s’ils le souhaitent. C’est a priori le cas sur Paris puisque les temps périscolaires sont répartis les mardi et jeudi après 15h ; Ce rythme ne convient pas aux enfants de Petite-section qui font des siestes et sont souvent réveillés/bousculés pour le passage entre l’école et le centre de loisirs;
  • Favoriser les liens entre les écoles primaires et les centres et associations culturels et sportifs des quartiers;
  • Nommer un référent communal par établissement scolaire de l’arrondissement pour le suivi local de la réforme des rythmes scolaires;
  • Donner de la souplesse aux établissements pour la gestion des temps scolaires de sorte à favoriser les démarches innovantes et l’appropriation de la réforme par les acteurs locaux;
  • Profiter de la réforme pour démocratiser l’accès de tous les enfants au sport, à l’art et la culture (découverte de la nature, musique, lecture, théâtre, cinéma…);
  • Augmenter le nombre de places au conservatoire du 20ème arrondissement;
  • Dépasser les clivages adultes pour placer l’enfant au centre du débat en favorisant sa réussite, le développement harmonieux de ses rythmes, par la mise en place d’aménagements des temps scolaires et périscolaires adaptés;
  • Donner mission aux conservatoires et centres culturels d’être présents en  dehors  de  leurs  murs  afin  d’aller  chercher  des  jeunes  dont l’environnement personnel ne les y porterait pas naturellement pas des actions de sensibilisation;
  • Créer des écoles associatives de parents, pour aider  ceux qui ont des difficultés à accompagner leur enfant;
  • Généraliser le port de l’uniforme à l’école, facteur d’intégration et d’égalité;
  • Réactiver le conseil de la jeunesse et y porter une réelle écoute.

 

Priorité : Mieux prendre en compte les familles dans l’arrondissement, promouvoir une politique éducative responsable et donner à l’école les outils appropriés pour permettre l’épanouissement de nos enfants.

Rétablir une véritable politique familiale dans le 20ème :

  • Aider les familles nombreuses de l’arrondissement, en leur permettant notamment d’accéder plus facilement aux équipements municipaux et en leur donnant la priorité dans la mise en œuvre de certaines politiques (logement et culture notamment) ;
  • Adapter les tarifs de cantine, du conservatoire, des centres de loisirs et d’animation en faveur des familles des classes moyennes ;
  • Créer une permanence des familles en mairie pour pouvoir mieux les accueillir et mieux répondre à leurs besoins ;
  • Développer les « vide-greniers petite enfance » qui permettent aux parents d’avoir accès à des vêtements, des jouets et du matériel de puériculture à moindre coût ;

 

Proposer une politique de la petite enfance mieux adaptée aux besoins des familles de l’arrondissement et développer des solutions d’accueil supplémentaires :

  • Aider, en lien avec les entreprises, à la création de « crèches interentreprises » permettant aux parents de faire garder leurs enfants à proximité ou sur leur lieu de travail ;
  • Elargir les horaires d’ouverture des crèches municipales pour s’adapter davantage au rythme de vie des familles (de 7h30 à 19h30) ;
  • Rénover les modalités d’attribution des places en crèches afin de garantir plus de transparence et s’engager à proposer systématiquement une solution de secours dans des délais raccourcis lorsqu’une famille ne peut disposer de place en crèche ;
  • Développer et enrichir les possibilités d’accueil individuel en augmentant le nombre d’assistantes maternelles agréées ;
  • Créer une plate-forme spécifique sur le site internet de la mairie afin de permettre aux parents de se renseigner sur les démarches à effectuer en matière de petite-enfance et de trouver des solutions de gardes ponctuelles, urgentes… ;

 

Mieux accompagner les familles dans leur rôle éducatif :

  • Installer un « conseil des droits et des devoirs des familles » pour responsabiliser les parents de mineurs délinquants et les informer des risques encourus ;
  • Organiser plusieurs fois par an des réunions de « conseils de parents » dans chacun des quartiers de l’arrondissement ;
  • Valoriser les élèves méritant de l’arrondissement en systématisant la remise de prix et l’organisation d’une cérémonie de récompense.

 

Donner à l’école les outils pour favoriser le bon épanouissement de nos enfants :  

  • Face aux nombreux dysfonctionnements que connait la réforme des rythmes scolaires engagée par la gauche (enfants stressés et fatigués, parents en difficulté pour trouver des modes de garde et adapter leur emploi du temps, surcoûts pour la mairie…) engager une véritable concertation avec les parents et enseignants afin de revoir les horaires et conditions de mise en œuvre de la réforme ;
  • Veiller attentivement au contenu des activités proposées aux enfants, qui doivent avoir une vraie valeur pédagogique, exiger la transparence sur les profils des animateurs intervenant et associer davantage les directeurs et enseignants au choix et à la conception des activités périscolaires proposées dans leur école ;

Pour mémoire, les mesures portant sur la sécurisation de l’environnement direct des établissements scolaires et sur la prévention, d’autant que la réforme des rythmes scolaires pose des problèmes d’organisation qui, en laissant des écoliers traîner dans la rue, ont pu entraîner des risques en matière de sécurité (exemple de l’école des Amandiers) ;

  • Multiplier, en lien avec l’éducation nationale, les actions d’éducation à la citoyenneté et au civisme pour sensibiliser les enfants des écoles de l’arrondissement au respect de l’autre et aux règles de vie en société ;
  • Assurer une meilleure qualité nutritionnelle des repas pris en cantine scolaire et mieux informer les parents sur ce sujet. Permettre également une éducation des enfants au goût en leur faisant découvrir régulièrement dans les menus des cantines des plats différents de ceux qu’ils consomment régulièrement.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>